Localisation
Montréal
Année de réalisation
2013
Statut
Terminé
Superficie
7 900 m2
Crédits photographiques
Stephan Bruger
Collaboration
Aedifica

 

 

 

 

 

 

 

Le mandat du planétarium Rio Tinto Alcan de Montréal faisait suite à la tenue d’un concours international remporté par Cardin Julien en consortium avec Aedifica, devant plus de soixante équipes. Le projet s’est distingué par sa qualité, sa créativité et le développement du concept en harmonie avec la vision du client.

Autour d’un feu à l’orée des bois une fois la nuit tombée, une majorité d’entre-nous a vécu sa première rencontre avec l’univers. Il était primordial pour Cardin Julien de lier l’expérience du ciel à la rencontre de la nature. Les cônes du bâtiment sont devenus des métaphores de la relation avec le ciel, sortes de méga-télescopes qui abritent les deux théâtres des étoiles, placés au cœur du projet. Pour fusionner l’expérience de l’astronomie à celle de la nature, une attention particulière a été accordée à la « naturalisation » de l’environnement intérieur et extérieur. Dans un premier temps, l’entrée principale du bâtiment s’ouvre sur une passerelle qui chevauche la cour intérieure, petit havre naturel abritant une plantation d’arbres. Ensuite, le bois, élément naturel par excellence, a été privilégié et travaillé pour conférer chaleur et poésie au hall principal, se liant même au thème, telles les lattes qui rappellent les anneaux de Saturne. Finalement, le toit végétalisé invite à une exploration nature par ses trois points d’accès.

Le planétarium comprend deux théâtres, une salle d’exposition, des salles polyvalentes, des bureaux, un café, et des espaces publics. Le Planétarium abrite également des espaces d’exposition, une zone d’entreposage, un secteur pour les employés comprenant casiers, vestiaires et cuisine, une section de formation avec trois salles distinctes, et un secteur administratif avec des bureaux.

Le bâtiment a reçu la certification LEED Platine. Ainsi, une gestion responsable des eaux, grâce à des bassins de rétention et la réutilisation des eaux de pluie, favorise un meilleur aménagement du site. Le projet bénéficie d’une ventilation naturelle et, par le fait même, une enveloppe adaptée, un éclairage plus performant et naturel, puis des planchers surélevés, pour ne nommer que ceux-ci. La récupération de 75% de structures existantes minimise la consommation de matériaux de construction. Une toiture verte accessible au public recouvre la quasi totalité du bâtiment. En plus des avantages écologiques de cette toiture (dont la réduction des îlots de chaleur), elle permet aux passants de traverser le site et passer d’un niveau à l’autre sans avoir à faire de détours. L’arrimage entre le Planétarium et le Biodôme est un autre exemple probant de la réduction de l’empreinte écologique du projet. En plus du lien physique qui connecte les deux bâtiments, un système est mis en place pour permettre un partage d’énergie entre le Planétarium et le Biodôme.

En ce qui a trait à l’aménagement paysager, le premier objectif est de favoriser l’appropriation du site par ses usagers en offrant des environnements extérieurs variés et à l’échelle humaine. Le deuxième objectif réside dans la manipulation topographique de la dalle olympique. La surface végétalisée de la toiture affaiblit le caractère minéral du site, où le béton est omniprésent, et contribue à réduire les îlots de chaleur. Un concept animé, coloré et ludique est développé autour des thématiques de la « place des planètes » (sur l’esplanade), du « jardin des météorites » (au sous-sol) et de la « prairie aux étoiles » (toits verts).

Site Espace pour la vie

Partager